Equipe de freelance : rémunération

J’ai travaillé ces derniers mois sur un gros projet « Flash », regroupant plusieurs indépendants pour l’occasion afin de respecter les délais du client. Période très intéressante, comme toute expérience, très riche d’enseignements même si plutôt fastidieuse au final !
Petit retour d’expérience sur un point précis : les inconvénients du système de rémunération « au prorata du temps passé ».



5 personnes, d’horizons divers et variés, se connaissant plus ou moins, se sont regroupées et se sont partagées la tâche pour mener à bien un projet sur environ 3 mois.

Nous avons décidé et mis en place une rémunération « au prorata du temps passé ». Partant du principe que nous étions tous professionnels et compétents (et donc que nous avancerions à peu près à la même vitesse), nous avons compté chaque jour les heures passées sur le projet, pour pouvoir à la fin de celui-ci nous partager le montant du devis. Cette démarche s’inscrivait donc dans un climat de bonne entente et de confiance. Heureusement pour nous, cette confiance sur les temps comptés par chacun n’a jamais été remise en cause, bien que le problème puisse peut être se poser dans certaines équipes.
Mais à la fin du projet, pour de nouveaux projets potentiels, nous avons décidé de ne pas renouveler ce système. Pourquoi ? Car au final, il n’est pas du tout rentable pour l’indépendant ! Je m’explique.



En temps normal, un indépendant devise une tâche ou un projet, pensant qu’il va passer dessus un certain temps. Afin de rentrer dans ses frais, ce travailleur acharné va soit se modérer afin de rentrer dans ses frais, soit passer plus de temps que prévu, et il va tout faire pour limiter la casse. Je ne parle pas du « passionné » qui ne comptera absolument pas ses heures.

Avec le système du « prorata du temps passé », la tendance est de prendre le temps de faire les choses bien. En effet, sachant que le temps sera facturé, il est moins nécessaire de s’auto-limiter ! Et de plus, involontairement, une « course aux heures » peut apparaître, histoire de ne pas être moins payé que les collègues ! Au final, ce n’est pas nécessairement le plus productif qui gagne le plus, sans parler de celui qui tient à sa vie sociale et ne désire pas travailler les week-ends.
Je ne parle absolument pas ici de contrefaçon volontaire, soyons d’accord ! Mais plutôt d’un état d’esprit « pragmatique » qui se met tout seul en place pour chaque personne de l’équipe. On compte oui, mais on fait beaucoup moins attention au final aux nombres d’heures passées par rapport aux nombres d’heures facturées.



Ce constat a été fait par les 5 personnes de l’équipe. Et pour information, nous avons décidé pour la suite de repasser à un système un peu plus contraignant mais plus réaliste et moins dangereux : le découpage du projet en tâches et leur répartition. Chaque développeur est payé pour la tâche qui lui a été attribuée. Qu’il passe deux fois plus ou deux fois moins de temps que prévu, seule sa rémunération en sera impactée. L’inconvénient de cette méthode est de quasiment prévoir les tâches dès le devis, de découper le projet de la manière la plus précise possible puis de partager et planifier ces tâches.

Comments

3 Responses to “Equipe de freelance : rémunération”
  1. Merci pour ce super blog. Je l’apprecie enormement. J’attend les nouveaux posts avec impatience

  2. gludion dit :

    L’idée de départ me semble curieuse ;-) n’aurait-il pas été plus simple de définir dés le départ une répartition des taches, et des pourcentages de royalties correspondants?

    Pour les royalties, le critère déterminant n’est pas forcément le temps passé, car d’autres critères peuvent intervenir:
    - importance dans le produit final
    - part de création artistique
    - réutilisation de travaux anciens (=> temps qui peut être rapide, mais grâce à un travail antérieur).

  3. admin dit :

    Bonjour Gludion,
    Effectivement, l’idée peut paraître farfelue, sauf quand le client n’est pas totalement fixé au départ et que le cahier des charges va évoluer très vite. La répartition par tâches implique, dans notre cas, un cahier des charges fixe permettant de découper le projet et de répartir équitablement le travail.
    Cependant, concernant votre idée de royalties, ça me paraît aller contre l’esprit d’équipe : le travail doit être fait, les tâches ingrates comme les plus critiques, et donc pour moi ce critère n’est pas à prendre en compte. Et pour la part de création artistique, que dire des développeurs qui mettent en place leur logique pour résoudre et concevoir des solutions ? Les deux se valent pour moi, chacun son métier :D
    Merci pour votre avis intéressant ! Au plaisir de vous lire !

Speak Your Mind

Tell us what you're thinking...
and oh, if you want a pic to show with your comment, go get a gravatar!